Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘musique’ Category

Vodpod videos no longer available.

more about « Mano Solo – Allez Viens« , posted with vodpod
Allez viens
Nous construirons ensemble
La nouvelle, la nouvelle déchirure
Et je sais
Y a des trucs qui s’oublient pas
Mais moi tu sais, j’oublie rien
Allez viens
Et c’est toi que j’pleurerai demain
Quand tu m’auras laissé
Quand tu m’auras repris
Bien plus que tu m’auras donné
Allez viens
Y a qu’à faire semblant de rien
Juste un peu fermer les yeux
Rien qu’y croire un tout p’tit peu
Allez viens
Pleure dans mes bras
Tu vois, y’ a mille et une raisons
De pas rester seul comme un chien
Allez viens
Et c’est toi que j’pleur’rai demain
Quand tu m’auras blessé
Quand tu m’auras griffé
D’un regard trop lointain
Quand t’auras tout dis
Sans un mot
Dans l’arrière-salle d’un bistrot
Et c’est toi que j’pleur’rai demain
Quand tout Paris me demandera :
« Et pourquoi ?
Et pourquoi ?
Et pourquoi t’es plus là ? »
Allez viens
C’est sûr qu’on peut rester tout seul, putain !
Mais on a vraiment toute la vie pour ça
Allez viens
Laisse-toi faire
On laissera nos casseroles au vestiaire
On ouvrira un peu les yeux
On s’sentira un peu moins vieux
Et c’est toi que j’pleur’rai demain
Quand tu m’auras laissé
Quand tu m’auras repris
Bien plus que tu m’auras donné
Et c’est toi que j’pleur’rai demain
Quand tu m’auras laissé
Quand tu m’auras repris
Bien plus que tu m’auras donné
Allez viens !
Publicités

Read Full Post »

Vodpod videos no longer available.

more about « Mano Solo – Au Creux de Ton Bras« , posted with vodpod
Ça fait des heures que tu l’attends
T’as mal aux os, t’as mal au dos
Tu transpires, c’est pas parce qu’il fait chaud
Et tu trembles, c’est pas parce que t’as froid
Et tu l’attends le salaud
Il prend son temps
Il sait qu’il aura ton argent
Tu ferais n’importe quoi
Pour l’avoir ton petit képa
Tu voudrais la sentir déjà au creux de ton bras
La femme de ceux qui n’en ont pas
Tu le vois venir de loin
C’est ton soleil qui revient
Avec sa sale petite gueule d’enculé
C’est sûr que, ce mec-là, il va t’arnaquer
Mais, déjà tu flippes comme un chien
De peur qu’il te dise qu’il n’a rien
Et quand il tend sa merde avec mépris
Tu vas même jusqu’à lui dire merci

Tu cours dans une sanisette
Et là pour toi c’est la fête
Et là avec l’eau de la cuvette
Tu prépares ta petite dinette
Et quand enfin tu plantes ton pieu
Dans ton bras devenu noueux
Et que le rouge se mêle au blanc
C’est la fin du tourment
Tu la sens maintenant au creux de ton bras
La femme de ceux qui n’en ont pas
Et tu piques du zen dans la rue
Et déjà tu te souviens même plus
Qui t’étais avant, du temps où t’avais des couilles
Où t’étais fier, du temps où t’avais même
T’avais même des rêves
Et tu piques du zen dans la rue
J’ai comme envie de te botter le cul
Mais j’ai bien trop peur de te casser en deux
Tellement que t’as l’air d’un petit vieux
Emmène-la au creux de ton bras
La femme de ceux qui n’en ont pas
Elle est vieille ta femme
Elle est trop vieille pour toi

Read Full Post »

Vodpod videos no longer available.

more about « Mano Solo – Barbes-Clichy« , posted with vodpod
Una lágrima me quema,
Como las ganas de estar contigo niña
Pero no puedo, no puedo
De Barbes hasta Place Clichy contigo
De Barbes hasta Place Clichy por un último beso

En el río de fuego,
En la corriente del infierno,
París, dame un beso y cójeme en tus brazos,
Cada día me despierto con las misma – las mismas – ganas de estar contigo niña,
Pero, no puedo, no puedo,

De Barbes hasta Place Clichy contigo
De Barbes hasta Place Clichy por un último beso

Et l’œil rivé sur le canal, moi je pense à Pigalle
Paris j’ai la fringale de toi
Paris prends-moi dans tes bras
De Barbès jusqu’à Place Clichy
C’est là,
C’est là que j’aime perdre ma vie

Espérame, espérame, llego pronto… París.

(Mano Solo / Barbès-Clichy)
Les années sombres, 1995

Una lágrima me quema,
Como las ganas de estar contigo niña
Pero no puedo, no puedo
De Barbes hasta Place Clichy contigo
De Barbes hasta Place Clichy por un último beso

En el río de fuego,
En la corriente del infierno,
París, dame un beso y cójeme en tus brazos,
Cada día me despierto con las misma – las mismas – ganas de estar contigo niña,
Pero, no puedo, no puedo,

De Barbes hasta Place Clichy contigo
De Barbes hasta Place Clichy por un último beso

Et l’œil rivé sur le canal, moi je pense à Pigalle
Paris j’ai la fringale de toi
Paris prends-moi dans tes bras
De Barbès jusqu’à Place Clichy
C’est là,
C’est là que j’aime perdre ma vie

Espérame, espérame, llego pronto… París.

(Mano Solo / Barbès-Clichy)
Les années sombres, 1995

Una lágrima me quema,
Como las ganas de estar contigo niña
Pero no puedo, no puedo
De Barbes hasta Place Clichy contigo
De Barbes hasta Place Clichy por un último beso

En el río de fuego,
En la corriente del infierno,
París, dame un beso y cójeme en tus brazos,
Cada día me despierto con las misma – las mismas – ganas de estar contigo niña,
Pero, no puedo, no puedo,

De Barbes hasta Place Clichy contigo
De Barbes hasta Place Clichy por un último beso

Et l’œil rivé sur le canal, moi je pense à Pigalle
Paris j’ai la fringale de toi
Paris prends-moi dans tes bras
De Barbès jusqu’à Place Clichy
C’est là,
C’est là que j’aime perdre ma vie

Espérame, espérame, llego pronto… París.

(Mano Solo / Barbès-Clichy)
Les années sombres, 1995

Read Full Post »

Le 1er janvier 2010, un oiseau s’est tu

Communiqué officiel

Pour diffusion immédiate

Montréal, Québec, Canada le dimanche 3 janvier 2010

Lhasa de Sela - a sad new from her today

La chanteuse Lhasa De Sela est décédée à son domicile de Montréal pendant la soirée du 1er janvier 2010, un peu avant minuit.

Un cancer du sein qu’elle a combattu avec courage et détermination pendant plus de 21 mois l’aura finalement emportée.

Durant cette période difficile elle a continué à toucher la vie des gens qui l’entouraient avec la grâce, la beauté, et l’humour qui la caractérisaient.

Elle a aussi réussi à terminer l’enregistrement de son dernier album et à assurer son lancement sur scène au Théâtre Corona de Montréal et au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris. Les deux concerts donnés en Islande au mois de mai auront été les derniers où elle aura interprété ses vibrantes chansons.

Elle préparait une grande tournée internationale qui devait commencer à l’automne 2009 et qui a dû être annulée. Elle travaillait également sur un prochain album  où elle voulait interpréter des chansons des grands artistes chiliens  Victor Jara et Violeta Parra.

Lhasa De Sela est née le 27 septembre 1972 à Big Indian dans le nord de l’Etat de New-York.

Elle aura vécu une enfance originale, marquée par de longues périodes  nomades avec ses parents et ses sœurs dans un bus à travers les Etats-Unis et le Mexique. Dans ce bus, les enfants improvisaient de petites pièces de théâtre devant les parents, soir après soir. Elle a grandi dans un univers qui lui a permis de découvrir le monde loin de la culture conventionnelle.

Lhasa est devenue plus tard l’exceptionnelle artiste que le monde entier a découvert avec La Llorona (1997), The Living Road (2003) et enfin Lhasa (2009). Ses trois albums se sont vendus à plus d’un million d’exemplaires à travers le monde.

Il est difficile de décrire sa présence scénique et sa voix unique qui ont contribué à en faire une icône dans plusieurs pays. Voici certains adjectifs qui ont été utilisés par des journalistes : passionnée, sensuelle, indomptable, douce, profonde, troublante, incantatoire, hypnotisante, feutrée, puissante, intense, millénaire.

Lhasa avait une façon unique de communiquer avec le public. Elle osait ouvrir son cœur sur scène ce qui permettait aux spectateurs de sentir une intime connexion, de se  sentir en communion avec elle. Elle aura marqué profondément plusieurs personnes à travers les nombreuses villes et pays qu’elle aura visités.

Jules Beckman, un ami de longue date, a trouvé ces mots :

We have always heard something ancestral coming through her. She has always spoken from the threshold between the worlds, outside of time

She has always sung of human tragedy and triumph, estrangement and seeking with

a Witness’s wisdom. She has placed her life at the feet of the Unseen.»

Lhasa laisse dans le deuil son conjoint, Ryan, ses deux parents, Alejandro et Alexandra, sa belle-mère, Marybeth,  ses 9 sœurs et frères (Gabriela, Samantha, Ayin, Sky, Miriam, Alex, Ben, Mischa et Eden), ses  16 neveux et nièces, son chat Isaan, ainsi que de très nombreux amis, musiciens et compagnons de travail qui l’ont accompagnée durant sa carrière, sans compter ses innombrables admirateurs à travers le monde.

La famille et les proches ont pu vivre leur deuil paisiblement depuis deux jours et ont énormément apprécié cette importante période d’intimité et de recueillement.

Les funérailles seront réservées à la sphère privée.

Il a neigé plus de 40 heures à Montréal depuis son départ.

2010-01-03 – Press release – sad news

Official press release

For immediate release

In Montreal, Canada:  Sunday January  3rd, 2010

The singer Lhasa de Sela passed away in her Montreal home on the night of January 1st 2010, just before midnight.

She succumbed to breast cancer after a twenty-one month long struggle, which she faced with courage and determination.

Throughout this difficult period, she continued to touch the lives of those around her with her characteristic grace, beauty and humor.  The strength of her will carried her once again into the recording studio, where she completed her latest album, followed by successful record launches in Montreal at the Théatre Corona and in Paris at the Théatre des Bouffes du Nord.  Two concerts in Iceland in May were to be her last.

She was forced to cancel a long international tour scheduled for autumn 2009.  A projected album of the songs of Victor Jara and Violeta Parra would also remain unrealized.

Lhasa de Sela was born on September 27, 1972, in Big Indian, New York.

Lhasa’s unusual childhood was marked by long periods of nomadic wandering through Mexico and the U.S., with her parents and sisters in the school bus which was their home.  During this period the children improvised, both theatrically and musically, performing for their parents on a nightly basis.  Lhasa grew up in a world imbued with artistic discovery, far from conventional culture.

Later Lhasa became the exceptional artist that the entire world discovered in 1997 with La Llorona, followed by 2003’s The Living Road, and 2009’s self-titled LHASA.  These three albums have sold over a million copies world-wide.

It is difficult to describe her unique voice and stage presence, which earned her iconic status in many countries throughout the world, but some   Journalists have  described it as passionate, sensual, untameable, tender, profound, troubling, enchanting, hypnotic, hushed, powerful, intense, a voice for all time.

Lhasa had a unique way of communicating with her public.  She dared to open her heart on stage, allowing her audience to experience an intimate connection and communion with her.   She profoundly affected and inspired many people throughout the cities and countries she visited.

An old friend of Lhasa’s, Jules Beckman, offered these words:

« We have always heard something ancestral coming through her.  She has always spoken from the threshold between the worlds, outside of time.  She has always sung of human tragedy and triumph, estrangement and seeking with a Witness’s wisdom.  She has placed her life at the feet of the Unseen. »

Lhasa leaves behind her partner Ryan, her parents Alejandro and Alexandra, her step-mother Marybeth, her 9 brothers and sisters (Gabriela, Samantha, Ayin, Sky, Miriam, Alex, Ben, Mischa and Eden), her 16 nieces and nephews, her cat Isaan, and countless friends, musicians, and colleagues who have accompanied her throughout her career, not to mention her innumerable admirers throughout the world.

Her family and close friends were able to mourn peacefully during the last two days, and greatly appreciated this meaningful period of quiet intimacy. Funeral and services will be held privately.

It has snowed more than 40 hours in Montreal since Lhasa’s departure.

All about Lhasa

And more about Lhasa

Read Full Post »

Memories

Vodpod videos no longer available.

more about « Lhasa de Sela – El Arbol del Olvido« , posted with vodpod
En mi pago hay un árbol,
Que del olvido se llama,
Donde van a consolarse,
Vidalita,
Los moribundos del alma.
Para no pensar en vos,
En el árbol del olvido,
Me acosté una nochecita,
Vidalita,
Y me quedé bien dormida.

Y al despertar de aquel sueño,
Pensaba en vos otra vez,
Pues me olvidé de olvidarte,
Vidalita,
En cuantito me acosté…

Read Full Post »

I’ve got a little black book with my poems in
I’ve got a bag with a toothbrush and a comb in
When I’m a good dog they sometimes throw me a bone in
I got elastic bands keeping my shoes on
Got those swollen hand blues.
Got thirteen channels of shit on the T.V. to choose from
I’ve got electric light
And I’ve got second sight
I’ve got amazing powers of observation
And that is how I know 
When I try to get through 
On the telephone to you 
There’ll be nobody home 
I’ve got the obligatory Hendrix perm
And I’ve got the inevitable pinhole burns
All down the front of my favorite satin shirt 
I’ve got nicotine stains on my fingers
I’ve got a silver spoon on a chain
I’ve got a grand piano to prop up my mortal remains
I’ve got wild staring eyes
I’ve got a strong urge to fly 
But I’ve got nowhere to fly to
Ooooh Babe when I pick up the phone 
There’s still nobody home
I’ve got a pair of Gohills boots
And I’ve got fading roots.

Read Full Post »

It’s Hip Hop…But not as we know it!

This is the definitive biography for fans, friends and people who take a passing interest in the living legend that is Mr Nathan ‘Flutebox’ Lee, the man who came 18th in Arena magazine’s list of ‘Top 100 coolest things on the planet’ (Arena magazine)

…” is fast becoming one of the hottest UK live acts.
Beatboxing is no longer unique to Urban music
thanks to Nathan ‘Flutebox’ Lee “
(Songlines magazine)

With his trademark live FLUTEBOXING [beatboxing and playing the flute at the same time] Nathan ‘Flutebox’ Lee’s explosive blend unites Hip Hop, Drum ‘n’ bass and Ragga beats with Indian classical, Jazz and Funk melodies.

NATHAN LEE is a true 21st Century musical pioneer, taking live acoustic performance to the next level and urban music into uncharted waters. His hi-octane, hyper-percussive show combines the raw energy and attitude of Hip Hop and Jazz beats with the intricacies and musicianship of classical Indian music.

ElJay Arem (IMC OnAir)

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »